Après Ndioum, Serigne Modou Kara honore la mémoire de Bamba face aux colons avec 313 poèmes à Saint-Louis

Après une retraite de dix neuf jours à Ndioum, une localité et une commune du nord du Sénégal, le Général de Bamba a entamé un séjour de cinq semaines à Saint-Louis, Ville symbole, théâtre de l’exploit de Serigne Touba face aux colons

explique la note parvenue à Senego.

A Saint-Louis, le guide de la révolution pacifique s’est engagé à écrire 313 poèmes dédiés à Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul. À la fin du séjour, il a animé une conférence où toute la presse était conviée, aux fins de l’éclairer sur la révolution culturelle .

Loin d’être une innovation, l’histoire ne fait que se répéter avec le grand poète de Bamba. Pour mémoire, à la fin des années 1880, l’administration coloniale procède, au début des années 1890, à une politique de neutralisation de Serigne Touba. En effet, le Baol est un sujet d’inquiétudes pour une administration coloniale qui peine à s’y imposer militairement et politiquement. A la grande surprise des colons, Serigne Touba répond “Mon combat se fait par la science et la crainte révérencielle de Dieu.” : la révolution pacifique.

Ainsi, le Général de Bamba lance un appel à tous les acteurs culturels du Sénégal et du monde musical en particulier à venir se joindre à lui pour mener le combat pour sa révolution, pour le développement du Sénégal.

Forgot Password

Enable Notifications    OK No thanks