CHANTAGE SEXUEL À DIAMAGUENE SICAP MBAO: Une fille devient l’objet sexuel d’un «policier» qui l’a surprise nue avec son amant sur la plage

La partie de plaisir charnel nocturne entre Ndèye Khoudia D. et son amant sur la plage de la Société africaine de raffinage (Sar) a été brusquement interrompue par deux agents de sécurité. Mais, après avoir sermonné, puis relâché le couple, l’un des vigiles de nuit nommé M. Kondé a transformé la fille en objet sexuel.
Un faux policier et maître chanteur sexuel est sous les verrous avec son collègue d’agent de sécurité répondant au nom de Bassirou V. S. Ces derniers travaillent pour le compte de la société Jaguar sécurité et montent très souvent la garde pendant la nuit. Mais, parfois, l’agent Bassirou est déployé comme chef de poste au niveau du Mirador 3, qui se trouve à la plage de la localité, non loin du mur de clôture de la Société africaine de raffinage (Sar).
Deux amants trouvés en train de s’envoyer en l’air dans la pénombre sur la berge
Un jour, les deux vigiles effectuent une ronde nocturne en bordure de mer et aperçoivent dans la pénombre la silhouette de deux individus en mode «collé-serré» et en mouvement sur le sable fin de la plage. Ils soupçonnent alors la présence d’un couple, se munissent aussitôt de leurs lampes torches respectives et à pas de velours se dirigent vers les deux tourtereaux, qui ne se rendent pas compte du regard indiscret des agents de sécurité et continuent de s’envoyer en l’air.
Les agents se disent policiers et braquent leurs torches sur le couple, qui implore la discrétion
Les agents de sécurité arrivent alors à hauteur des deux individus, se présentent comme des policiers en service commandé et braquent le faisceau lumineux de leurs torches sur eux. Ils découvrent qu’il s’agit d’un homme et d’une fille. Ces derniers se relâchent soudainement. Ils plaquent ensuite leurs mains sur leurs parties intimes et tentent de cacher leur nudité. Ils se confondent en de plates excuses et implorent presque à genoux la discrétion des vigiles de nuit. Ceux-ci éprouvent de la pitié pour les tourtereaux et les abreuvent tout de même de réprimandes.
Un vigile soutire de l’argent à la fille, la viole tout le temps et la menace de dénonciation en cas de refus
Les deux amants justifient leur incartade par leur profond amour l’un pour l’autre, sautent dans leur véhicule garé dans les parages et disparaissent. Mais, avant de les relâcher, un des agents nommé M. Kondé ruse avec son collègue vigile et se procure en douce le numéro de téléphone de la fille. Ainsi, il l’appelle très souvent au téléphone, se fait passer pour un flic et la transforme en objet sexuel. Il lui extorque aussi de l’argent et la somme de lui obéir au doigt et à l’œil, sinon il va la dénoncer et la mettre aux arrêts.
Le vigile maître chanteur sexuel se fait piéger et balance son collègue qui passe à la trappe
Exténuée des agissements de Kondé, la fille sollicite l’intervention des éléments de la brigade du poste de police de Sicap Mbao, qui piègent le faux policier avec le concours de la demoiselle et lui mettent le grappin dessus. Arrêté, l’agent de sécurité passe aux aveux détaillés et balance son collègue Bassirou V. S. Ce dernier reconnaît qu’il était avec Kondé lors de la fameuse nuit de l’interpellation du couple en «pleine action», mais il dit ignorer que son confrère maintenait le contact téléphonique avec la fille et la forçait à coucher avec lui, sous peine de dénonciation. Mais, malgré tout, il a été déféré au parquet, puis placé sous mandat de dépôt pour usurpation de fonction et extorsion de fonds. Tandis que son acolyte croupit en prison pour usurpation de fonction, viol, menaces, chantage sexuel et extorsion de fonds.
Vieux Père NDIAYE
LES ECHOS

Forgot Password