Côte d’Ivoire : Nestlé va donner une prime aux planteurs de cacao qui scolarisent leurs enfants.

Dans le cadre de son plan de production éthique, le géant suisse veut lutter contre le travail des enfants.

 

Une ONG, la Fair Labor association (FLA), a conclu dans un rapport que le travail des enfants est une réalité dans les plantations de cacao en Côte d’Ivoire, en raison notamment de la pauvreté et de la situation socio-économique des cultivateurs et de leurs familles.

 

Selon une enquête de l’Université de Chicago, un enfant sur deux des ménages agricoles des régions cacaoyères du Ghana et de Côte d’Ivoire travaille dans la plantation. Pire, cette proportion est en augmentation de 15% depuis 2008.

 

Selon Nestlé, « aucune société s’approvisionnant en cacao en Côte d’Ivoire ne peut garantir que cela n’arrive pas, mais nous pouvons dire que la lutte contre le travail des enfants est une priorité absolue de notre société ».

 

Une volonté de produire équitable

Or les fabricants de chocolat subissent une pression croissante de la part des investisseurs, des consommateurs et des gouvernements pour s’assurer que les fèves de cacao qu’ils achètent n’ont pas été produites en utilisant le travail des enfants ou dans des plantations de cacao illégales dans des forêts protégées, qui sont deux pratiques courantes en Afrique de l’Ouest.

 

Les produits dits « équitables » sont devenus un incontournable du monde du commerce. Juste rémunération du producteur, pratique culturale la plus écologique possible, aide au respect de critères sociaux notamment sur l’âge des travailleurs… les critères sont nombreux.

 

Le groupe suisse a donc décidé d’accroître ses dépenses dans le domaine du commerce équitable. Dans le cadre du Cocoa Plan, Nestlé va dépenser 1,3 milliard de francs suisses d’ici à 2030 (1,25 milliard d’euros). « Ce n’est qu’en s’attaquant aux causes profondes que nous aurons un impact », a déclaré à Reuters le chef des opérations de Nestlé, Magdi Batato.

 

Une prime « école »

Cette année, 10 000 familles de producteurs de cacao de Côte d’Ivoire vont bénéficier du programme d’accélération des revenus. En envoyant leurs enfants à l’école, les parents toucheront une prime annuelle de 500 francs suisses (480 euros). Après deux années, l’incitation sera plafonnée à 250 francs. Nestlé espère toucher l’ensemble de ses 160 000 producteurs de cacao d’ici à 2030. Contrairement à d’autres primes, celle-ci ne sera pas liée à un volume produit, ce qui est très incitatif pour les petits producteurs qui sont les premiers concernés.

 

Car souvent le travail des enfants est primordial pour ces petits producteurs, très mal rémunérés, et très vulnérables aux prix du marché mondial toujours tirés vers le bas. Pour le réseau Voice œuvrant dans le domaine du cacao « durable », un prix d’achat équitable des fèves reste la seule bonne réponse, mais Voice reconnaît que le plan de Nestlé marque « un grand pas en avant ».

Forgot Password