Facebook poursuivi pour avoir alimenté le génocide des musulmans Rohingyas.

Facebook est poursuivi pour plus de 200 milliards de livres sterling pour avoir alimenté le génocide des musulmans rohingyas en Birmanie.

Des avocats ont lancé une action en justice des deux côtés de l’Atlantique pour demander une indemnisation de type «réparation» à la société de technologie de la Silicon Valley au nom des victimes et des survivants. Les auteurs de l’affaire ont déclaré que Facebook avait  » attisé les flammes de la haine  » en ignorant à plusieurs reprises les avertissements selon lesquels la plate-forme était utilisée pour partager des discours de haine dans le pays.

La coalition transatlantique d’avocats, qui travaille avec un certain nombre d’organisations caritatives, a déclaré que l’action en justice était nécessaire pour empêcher l’entreprise de  » diriger le monde en toute impunité « . Selon les estimations, jusqu’à 25 000 Rohingyas, décrits comme « les personnes les plus discriminées au monde », ont été tués et plus de 800 000 ont été contraints de fuir vers le Bangladesh après le début des violences en 2017.

Les attaques ont été lancées par l’armée du pays à prédominance bouddhiste aux côtés d’escadrons de la mort locaux en réaction aux attaques de bas niveau par des militants rohingyas contre plus de 30 postes de police.

L’ONU a déclaré que les forces avaient déclenché « des saignées frénétiques et des v*ols de masse » dans la province de Rakhine, à l’ouest du pays, y compris l’enlèvement de routine de femmes et de filles.

Bien que l’ONU ait décrit la réponse militaire comme un « exemple classique de nettoyage ethnique », les militants ont déclaré que Facebook n’avait pas réussi à arrêter la propagande anti-Rohingya.

Facebook a admis qu’il avait été « trop ??lent pour empêcher la désinformation et la haine » en Birmanie et a déclaré qu’il avait depuis pris des mesures pour réprimer les abus des plateformes dans la région, notamment en interdisant l’armée de Facebook et Instagram après le coup d’État du 1er février.

Dans une lettre de mise en demeure adressée à la branche britannique de Facebook, les avocats ont informé la société de l’action envisagée devant la Haute Cour, lui demandant de conserver tout document pertinent à titre de preuve.  La plainte officielle pour négligence et manquement à une obligation de diligence, qui doit être déposée plus tard ce mois-ci, indiquera que Facebook « a utilisé des algorithmes qui ont amplifié le discours de haine » et n’a pas investi dans des modérateurs locaux.

Il accusera également l’entreprise de ne pas avoir supprimé les publications et les comptes incitant à la violence.

Jason McCue, associé principal chez McCue Jury & Partners LLP qui dirige la réclamation, a déclaré que l’affaire était une tentative pour « arrêter ce mastodonte d’une entreprise incontrôlable ».

« Pendant son service, il a permis au régime birman et à ses partisans de déployer à volonté la haine toxique et le nettoyage ethnique au sein de ses forums de discussion sur les discours de haine extrémistes », a-t-il ajouté.

Une plainte a également été déposée auprès du tribunal du district nord de Californie à San Francisco au nom des réfugiés rohingyas basés aux États-Unis.

La plainte accuse Facebook d’être « prêt à échanger la vie des Rohingyas contre une meilleure pénétration du marché dans un petit pays ». Tun Khin, président de la Burmese Rohingya Organization UK, a déclaré: « Cette puissante entreprise mondiale doit être tenue pour responsable de son rôle en permettant la propagation d’une propagande haineuse anti-Rohingya qui a directement conduit à une violence indicible. »

Forgot Password