L’annus horribilis du FC Barcelone

En une année entière, le Barça a changé tous ses leaders : le président, puis le capitaine et enfin l’entraineur. Englué dans une crise aux multiples facettes, le club catalan n’en a pas fini par ses difficultés. C’est l’héritage laissé à Xavi.

Le FC Barcelone aimerait sans doute effacer ces 365 derniers jours de sa très riche histoire. En un an tout rond, le club a tout changé, le président, l’entraîneur et même le capitaine, le plus souvent sous la contrainte. Les résultats aussi bien sportifs qu’économiques sont mauvais. La dette du club, estimée à 1,4 milliard d’euros, a même explosé, tandis que les recettes baissent (631 millions d’euros à l’issu de la saison dernière). Une nouvelle page blanche se présente devant Xavi, le probable coach de l’équipe première mais elle est déjà froissée. L’ancienne légende barcelonaise aspire à redresser une situation compliquée dont il hérite malgré lui. Retour sur cette année horribilis vécue en Catalogne.

On commence le 27 octobre 2020. Ce jour-là, Josep Maria Bartomeu, en conflit ouvert avec Leo Messi et l’ensemble du vestiaire, et visé par une motion de censure, démissionne de son poste de président du Barça. En pleine pandémie, les difficultés financières et sportives sont déjà bien connues. Jusqu’aux élections prévues au mois de mars suivant, une commission de gestion transitoire aux pouvoirs limités est créée. C’est elle qui doit gérer l’organisation au quotidien du FC Barcelone. Hasard ou non, les résultats s’améliorent sur le terrain jusqu’en février.

Un seul titre remporté avec Koeman

Il y a tout de même cette défaite en finale de Super Coupe d’Espagne le 17 janvier face à l’Athletic qui fait tâche mais en Liga, les Catalans grignotent peu à peu le terrain perdu en début de saison grâce à une série de 19 matches consécutifs sans défaite. Le revers dans le Clasico face au Real Madrid en avril mettra définitivement fin à leur rêve de titre. La victoire une semaine plus tard en Copa del Rey, seul titre conquis avec Koeman, n’efface pas la déception, tout comme elle ne fait pas oublier l’élimination durant l’hiver en 8e de finale de Ligue des Champions face au PSG, avec en point d’orgue une humiliation au Nou Camp 4-1.

Arrive l’été et un mercato sous le signe de la récession. En fin de contrat, Leo Messi est prêt à tout pour prolonger avec son club de toujours mais le couperet tombe au cœur de l’été. Malgré le départ de Suarez un an avant ou encore des réductions de salaires et même des coupes budgétaires, la masse salariale est encore trop élevée. Les larmes aux yeux face à la presse, la Pulga doit s’y résoudre. Elle n’a pas le choix, elle doit quitter le Barça. Après Messi, c’est Griezmann qui s’en va retourner à l’Atlético de Madrid, mais de nombreux indésirables comme Umtiti, Coutinho ou encore Braithwaite ne trouvent pas preneur.

Des problèmes partout

La saison 2021/2022 se lance donc mais avec des recrues qui ne peuvent pas toutes jouer dans un premier temps, à l’image d’Agüero dont le contrat tarde à être homologué, la faute une nouvelle fois aux contraintes économiques du club. Sans Messi, une nouvelle ère commence mais les premiers pas sur le terrain ne sont pas très encourageants. Les nombreuses blessures au sein de l’effectif n’aident pas non plus. Deux lourdes défaites 3-0 en Ligue des Champions contre le Bayern et Benfica précipitent le Barça aux portes de l’élimination. Pourtant le club catalan a un besoin vital de l’argent qu’apporte la C1.

En Liga, la situation n’est guère plus reluisante puisque les Culés ont perdu 3 de leurs 5 derniers matches avec des revers face à deux concurrents, l’Atlético et surtout le Clasico au Nou Camp, et le petit promu qu’est le Rayo. Cette dernière contre-performance est celle de trop pour Ronald Koeman qui doit rendre son tablier, dans la nuit du 27 au 28 octobre 2021. Pas aidé non plus par les relations très fraiches avec la direction, et quelques dinosaures du vestiaire en fin de course, le Néerlandais paye les mauvaises prestations de son équipe, conséquences du marasme global dans lequel se trouve aujourd’hui le Barça.

Un héritage empoisonné laissé à Xavi

Les difficultés sont pourtant loin d’être terminées. Il y a d’abord la prolongation toujours attendue d’Ousmane Dembélé, lui qui arrive en fin de contrat en juin prochain, plus d’autres situations d’échecs à gérer comme celle de Philippe Coutinho. Vous l’aurez compris, le FC Barcelone accumule les problèmes. Il y a tout de même de bonnes nouvelles comme les prolongations de Pedri et de Fati, les deux jeunes formés à la Masia les plus en vue, et l’éclosion en ce moment de Gavi. Cela tombe bien car Xavi, lui aussi formé au club, compte bien s’appuyer sur la jeunesse pour relancer la machine. Un peu comme l’avait fait son maître à penser, Pep Guardiola en 2008, avec le succès que l’on connaît.

Forgot Password

Enable Notifications    OK No thanks