Les militaires disparus ont-ils été victimes d’un guet-apens ?

Un violent accrochage a opposé les soldats de la Mission ouest-africaine en Gambie (Ecomig) à des présumés rebelles casamançais lors d’une opération contre le trafic de bois.

Que s’est-il réellement passé ? D’après des recoupements du journal Le Quotidien, il semble que ces éléments sénégalais de l’Ecomig ont intercepté un camion rempli de bois, en provenance du Sénégal, à hauteur de Kambagol.

Les occupants du camion ont pris le temps de s’échapper, après avoir saboté le véhicule, pour l’immobiliser.

La section de l’Armée, occupée à voir comment acheminer le camion, a été prise pour cible par des assaillants armés de Ak47 et de Rpg7.

Ils ont d’abord agi par groupes, ensuite par sections, avant d’être toute une compagnie, selon les militaires sénégalais.

Il en ressort que c’était une attaque planifiée de longue date durant laquelle l’ennemi a, en plus, bénéficié de la complicité, plus ou moins passive, des populations des villages environnants.

L’impression générale est que le contingent sénégalais serait tombé dans un piège.

Forgot Password