Revue Presse : La Une des quotidiens en campagne électorale

Les quotidiens se sont intéressés, pour leur édition de jeudi, aux échos de la campagne en vue des élections municipales et départementales du 23 janvier prochain.

WalfQuotidien a passé à la loupe d’un spécialiste de la communication l’image de campagne du ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, leader de la liste de Benno Bokk Yaakaar (BBY) pour l’élection du conseil municipal de Dakar. ‘’L’affiche de Diouf Sarr est un très bon outil de communication (…) On découvre un autre Abdoulaye Diouf Sarr, loin du personnage austère et énigmatique (…) Le sourire, bien que mécanique, et la main dans la proche (…) font que le citadin de Dakar pourrait le trouver sympa’’, analyse l’expert consulté.

Mais ‘’l’écritel [de l’affiche] n’est pas forcément compréhensible de tous (…) On le trouve (…) dans un même poster posant aux côtés de Zahra Iyane Thiam, juste à l’entrée du ministère qu’il dirige. Ceci pourrait être mal interprété’’, commente le communicant interrogé par WalfQuotidien.

La campagne électorale est une ‘’bouffée d’oxygène’’ pour l’économie locale, selon L’Observateur. ‘’Si Dakar et l’administration centrale sont désertées, à l’intérieur du pays, s’avise-t-il, le rappel des troupes politiques est une aubaine pour l’économie locale.’’

Le Quotidien, lui, s’est surtout intéressé au programme de Barthélémy Dias, le leader de la liste de Yewwi Askan Wi (YAW) pour l’élection des conseillers municipaux de Dakar. ‘’Barthélémy Dias compte ressusciter le projet des 20 milliards de francs CFA relatifs à l’emprunt obligataire, qui avait engendré des tensions en 2015, entre la Ville de Dakar et l’Etat’’, lit-on dans le même journal.

Le leader de la liste de YAW ‘’déterre’’ les projets de l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall, son mentor, note Le Quotidien.

‘’Ayant le même fondement idéologique, il est normal que les deux hommes aient les mêmes idées. Mais vouloir remettre au goût de 2022 des projets de 2015, cela ne semble pas être un signe de progrès’’, commente-t-il.

Vox Populi évoque ‘’la campagne des sauvages’’, qui se livrent à des affrontements dans plusieurs villes du pays, dont Mbacké (centre), où des militants de YAW en sont venus aux mains avec ceux de l’UCS, le parti d’Abdoulaye Baldé, le maire de Ziguinchor (sud).

EnQuête dévoile ‘’les limites et les obstacles’’ des maires analphabètes. ‘’Ils sont analphabètes ou peu instruits. Mais ils n’en sont pas moins ambitieux pour la course aux collectivités territoriales (…) Leurs profils atypiques (…) soulèvent pas mal de débats chez certains électeurs’’, explique EnQuête.

‘’Dans plusieurs localités, des scènes de violence ont été constatées. Des candidats, militants et sympathisants sont pris à partie dans des bagarres où ne manquent pas les armes blanches’’, fait remarquer Tribune.

La pandémie de coronavirus continue à préoccuper les quotidiens.

‘’Le Sénégal a autorisé officiellement l’administration d’une troisième dose de vaccin contre le Covid-19’’, annonce Bés Bi Le Jour.

‘’Il y a de quoi sensibiliser davantage les personnes non vaccinées’’, écrit L’As. Il souligne, sur la base des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, que ‘’même si ce variant (Omicron) est jugé moins sévère, il demeure (…) dangereux pour les personnes non vaccinées’’.

Le Soleil annonce le prolongement d’un an des contrats de travail des agents de sécurité de proximité (ASP).

C’est une décision du président de la République, qui l’a annoncée en Conseil des ministres, mercredi. Un nouveau statut des ASP sera défini d’ici à juin prochain, ajoute le journal, se basant sur le dernier communiqué du Conseil des ministres.

Le Témoin Quotidien révèle que le prix du kilogramme d’arachide, de 250 francs CFA, est tombé à 230, voire 200.

‘’La Sonacos (…) est le premier à enfreindre’’ la décision gouvernementale fixant le prix plancher de l’arachide à 250 francs CFA, selon le journal.

‘’Au grand bonheur des opérateurs privés stockeurs (…) et pour le plus grand malheur des paysans’’, ajoute Le Témoin Quotidien.

Selon Libération, la brigade des mœurs de la Police a auditionné les protagonistes du scandale de viol présumé, suivi de grossesse, concernant Miss Sénégal 2020.

Aminata Badiane, l’organisatrice du concours de beauté, et d’autres membres de son comité d’organisation, ainsi que Fatima Dione, la lauréate en 2020, ont tous été auditionnés par les enquêteurs.

Forgot Password

Enable Notifications    OK No thanks