Sanctions contre le Mali : Une manifestation de soutien est prévue ce vendredi à la place de la Nation

Plusieurs organisations de la société civile sénégalaise se sont unies pour apporter leur soutien au peuple malien. Ainsi, elles prévoient d’organiser une manifestation ce vendredi, à la place de la Nation, à 15 h, et sollicitent la présence de tous.
Le dimanche 9 janvier dernier, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) décidait de taper du poing sur la table contre le Mali, suite à la volonté de la junte au pouvoir de prolonger la période de la transition.
 Ce qui n’est pas du goût de l’organisation ouest-africaine qui a pris des mesures fortes, notamment en fermant les frontières entre le Mali et ses Etats membres. Ces sanctions, jugées sévères, ont créé une chaîne de solidarité de bon nombre de populations africaines avec le peuple malien. Et le Sénégal, en tant que voisin et «pays frère» a décidé d’en faire autant.
A cet effet, plus d’une trentaine d’entités composées d’organisations non gouvernementales, de mouvements populaires, de la société civile ont décidé de faire corps avec les Maliens, en organisant une manifestation ce vendredi 28 janvier à la place de la Nation.
«C’est une journée de soutien au peuple malien pour appeler à la négociation entre les deux parties (Cedeao et gouvernement de transition). Il y a eu une précipitation et il faudra qu’à l’issue de cette journée, ces entraves posées par la Cedeao soient levées sans équivoque», a déclaré le président d’Horizon sans frontières, Boubacar Sèye, lors d’une conférence de presse organisée ce mercredi.
Présent à cette rencontre, le docteur Aliou Sène a décrié les décisions de l’instance ouest-africaine contre le Mali, les jugeant frauduleuses. «J’aimerais juste préciser que les sanctions de la Cedeao sont illégales. Car il n’y a pas de disposition au niveau de l’Uemoa qui autorise la fermeture de frontières. Même au niveau de la Charte des Nations Unies, il est interdit de faire un embargo sur un Etat qui ne possède pas de littoral. Et le Mali est dans ce cas de figure».
Pour la manifestation de ce vendredi, Boubacar Sèye espère une mobilisation panafricaine spontanée et massive. «Il faut de nouvelles perspectives africaines pour des réponses africaines. Nous souhaitons une mobilisation générale de toutes les organisations de la société civile, de tous les partis politiques, de toutes les personnalités de ce pays, à savoir les chefs religieux, pour que la journée de vendredi soit une journée historique pour une réponse à la hauteur des enjeux. Aujourd’hui, ce n’est pas l’avenir du Mali qui se pose, c’est l’avenir de tout le continent».

Forgot Password