Tout savoir sur Original Laeti, nouvelle héroïne de « Validé »

A l’aube du retour de la série « Validée », tous les regards sont braqués Sur Original Laeti, la rappeuse sous les traits de l’Alpha, héroïne de cette saison 2.

Attention spoilers

En faisant tuer son personnage principal Apash à la fin de la première saison, Franck Gastambide s’est ouvert de toutes nouvelles perspectives pour la suite de Validé. Une occasion parfaite de mettre en lumière une toute nouvelle artiste pleine de talent. On le sait depuis le premier teaser de la saison 2, c’est désormais Sara aka L’Alpha, rappeuse nouvellement signé sur le label Apash Music qui est au centre de l’intrigue. Elle est incarnée pat Lætitia Kerfa, MC dans la vraie vie officiant sous le blase d’Original Laeti.

On se souvient du buzz qu’a connu Hatik à la sortie de la nouvelle série sur Canal +.Promise à une exposition similaire, son homologue féminine devrait être à son tour rapidement propulsée sur le devant de la scène. L’occasion parfaite d’en savoir plus sur cette jeune rappeuse parisienne forcément promise à un bel avenir.

Laeti : work hard play hard

Lætitia Kerfa, de son nom d’artiste Original Laeti est née et a grandi à Paris. D’origine algérienne et guadeloupéenne, cette jeune femme de 27 ans découvre le rap très jeune et des années en arrière, lorsqu’elle voit un ami rapper à la bibliothèque. Piqué au vif par l’énergie de cette musique, elle attrape le virus et se prête très vite à l’exercice.

Alors qu’elle fait ses premières armes au sein du collectif parisien Keskiya, elle ne tarde pas à continuer en solo pour voler de ses propres ailes. Désireuse de faire ses preuves, elle traîne ses Stan Smith jusqu’aux soirées open mic parisiennes les plus sombres et éblouie la concurrence par ses qualités de kickeuse.

Loin d’être rassasiée, elle continue dur sa lancée et enchaîne les passages en radios associatives, à l’instar de Radio Campus, la Scred Radio ou encore Radio LAP. Suite logique à son ascension, elle s’offre ses premières scènes dans de modestes festivals comme Irruption à Belleville ou encore l’événement musical féminin Femcees Night à Saint-Étienne. Elle a même l’honneur d’être en première partie de Rocé.

Amoureuse des rimes et des mots, Laeti est une véritable kickeuse à l’appétit insatiable. Micro en main, elle se démarque par la puissance de ses textes et affiche une fougue ahurissante sur scène. C’est d’ailleurs ses qualités d’interprétation couplées à sa sincérité lyricale qui lui vaudront ses premières véritables lumières, non pas dans le rap game, mais au théâtre.

Entre les planches et la plume

C’est ainsi qu’en parallèle de se faire un nom les battles de la scène rap underground parisienne, elle passa sur les planches. Elle est à l’affiche de Du Sale !, une pièce de théâtre mise en scène par Marion Siéfert et centrée autour de deux arts étroitement liés de la culture hip-hop : le rap et la danse.

Le théâtre n’étant son moyen d’expression artistique de prédilection, Laeti est d’abord intimidée, mais trouve rapidement ses marques jusqu’à se sentir comme un poisson dans l’eau. Nul doute que ses talents au micro et son expérience des soirées open mics l’auront aidé à surmonter ses barrières. Le constat est là, avec la jeune danseuse Janice Bieleu, elle tient  la scène d’une main de maîtresse.

Dans cette pièce présentée fin 2019 au théâtre d’Aubervilliers, « Laeticia se bat avec les mots », comme le confie la metteuse en scène à nos confrères du Parisien. Comprenez que chacune des punchs percute l’auditeur avec la force d’un coup-de-poing de l’abdomen. N’est-ce pas cela qu’on demande à une freestyleuse reine des open mics ? Preuve qu’elle était faite pour briller, Marion Siéfert a également confié que sa pièce a été façonnée sur-mesure pour elle. La plupart des textes qu’elle interprète dans la pièce n’ont d’ailleurs pas été écrits pour l’occasion, mais sont bel et bien les siens. Des mots sortis de son carnet de rimes et écrits bien avant ses débuts au théâtre. Évidemment, tous son rap et ses mots transpirent la rue, mais surtout son vécu.

Aussi percutante dans ses mots que poignante dans sa gestuelle, Original Laeti attire naturellement tous les regards sur elle. Rien d’étonnant alors à ce que Franck Gastambide décele immédiatement son potentiel cinématographique en la découvrant alors qu’elle jouait la pièce. Au micro de Mouv Rap Club, il raconte son coup de cœur pour la jeune rappeuse : «Je l’ai rencontré lors d’une représentation à Aubervilliers.Dedans, elle rappait et portait la pièce de théâtre à elle seule. J’avais besoin d’une artiste underground, d’une kickeuse qui avait la double compétence rappeuse / comédienne__.On a vu d’autres candidates, mais les qualités de Laeti étaient incontestables. Elle était faite pour le rôle ». Une chose est sûre, c’est qu’après avoir visionné l’intégralité de la saison 2 de Validé, on ne peut que le confirmer.

Leati crève l’écran dans « Validé »

Au fil des neuf nouveaux épisodes de la série, Laeti incarne donc Sara, une ancienne rappeuse du nom de L’Alpha devenue vendeuse de baskets. Mais alors que William et Brahim cherchent des artistes de talent à signer sur leur nouveau label indé Apash Music, ils tombent sur un freestyle de la rappeuse lâché huit ans plus tôt. Forcément, ils décèlent tout de suite son potentiel et s’empressent de vouloir la signer, mais pour elle, ça sera un non catégorique. D’entrée de jeu, elle est claire, Le rap pour elle, c’est terminé.La musique lui a causé trop de problèmes passés. Sans parler de ceux qui lui martèlent sans cesse qu’être une femme dans le rap est voué à l’échec.

Mais au diable les rageux. Lorsqu’elle se retrouve contre son gré à goûter de nouveau aux joies du freestyle (sur l’instru de « That’s My People » de NTM tout de même), son envie de tuer le micro reprend le dessus. Désireuse d’offrir une vie confortable à son fils et de déconstruire les préjugés tenaces sur sa condition de femme dans le rap, elle retourne finalement aux affaires. Malheureusement et il fallait s’y attendre, elle ne tardera pas à se faire rattraper par les démons du rap game et son trouble passé de quartier.

Le pitch de départ mis en place, ce que frappe dès les premiers instants où Laeti apparaît à l’écran, c’est la qualité formidable de son jeu d’acteur. Pour sûr que son background de comédienne a servi  sa performance. Non seulement, sa gestuelle apporte une véritable plus-valus à ses talents de rappeuse, mais son aisance face-caméra lui permet de donner encore plus de profondeur et de crédibilité à son personnage. Qu’il s’agisse de se battre deux fois pour s’imposer en tant que femme dans le rap ou d’être frappée de plein fouet par les horreurs de son passé, Laeti, qu’elle soit l’Alpha ou Sara est sans cesse poussée dans ses derniers retranchements. Forcément donc, elle passe par toutes les émotions, mais les incarne à la perfection.

Ses qualités de rappeuse ne sont également plus à prouver. Si à l’heure actuelle, la jeune prodige n’a pas encore de projet en son nom à défendre, les quelques freestyles d’elle disponibles sur Youtube suffisent à éclairer son talent. Ceci dit, en attendant la sortie de son premier album qui arrivera à coup sûr dans les prochaines semaines, on peut largement confirmer son potentiel dans la BO de Validé.

Original Laeti, rappeuse promise à un bel avenir

Déjà, premier constat : poser un freestyle sur l’instrumental de « That’s My People » de NTM, même dans le cadre d’une fiction, il fallait oser. Il est vrai que toucher un tel classique du rap français quand on a encore tout à prouver est loin d’être un exercice facile, mais Laeti, ou plutôt l’Alpha l’a fait avec brio. On la retrouve également en featuring avec Alonzo sur le titre « Briller » et avec « Soolking » sur « Dis-moi ». Ici, les sonorités sont résolument plus actuelles et dansantes et la rappeuse prouve qu’en dépit de ses racines « à l’ancienne », elle sait s’adapter.

Mais c’est une évidence, là où la rappeuse parisienne excelle le plus, c’est quand elle kicke sale. Et pour cet exercice qu’elle aime tant, les morceaux « Canapé Bleu » et « Bonhomme » signent assurément ses plus beaux élans rapologiques. Enfin, elle démontre une ultime fois son éclectisme avec une interprétation poignante sur la vibe orchestrale et philharmonique du titre « Rider toute la Night ». Cinq sons, cinq ambiances donc, mais qui en disent long sur ce que le rap de Leati nous réservera à l’avenir.

C’est une certitude, Original Laeti sous les traits de l’Alpha crève l’écran dans la série Validé. Cantonnée pendant longtemps à la scène rap underground parisienne, ses performances d’actrice et ses talents de rappeuse lui ont offert une entrée par la grande porte dans la cour des grands. Son destin dans le rap est tout tracé, on lui souhaite de briller en son nom autant que son personnage a braqué le game et nous a bouleversés.

Forgot Password

Enable Notifications    OK No thanks